Lorsqu'il arrive au sexologue de demander à la femme de dessiner son sexe ou la perception qu'elle en a, que saura-t-elle réellement tracer ?

Quelles zones connaît-elle de ce sexe invisible (contrairement à celui le l'homme) et pourtant si présent en elle et dans tout l'environnement ?

Elle va parler du Mont de Vénus, (d'ailleurs où celui-ci est-il déjà ou encore le sexe ?), elle dessinera le vagin, peut-être le clitoris ou l'utérus, les lèvres.
 

Toutes ces régions mystérieuses, méconnues, fantasmées, nous plongent au cœur-même des organes de la sexualité féminine. Ils sont censés lui apporter du plaisir, de la jouissance, des enfants, mais parfois aussi du déplaisir, des douleurs, des doutes.
 

Cette contradiction plaisir / douleur ressentie et vécue dans la même zone génitale peut désorienter la femme et le couple dans leurs pratiques amoureuses et sexuelles.
 

Ce corps, ce sexe qui offrent tant de plaisir et d'intimité sont capables, notamment à certaines périodes de l'existence, de devenir l'ennemi n° 1
 
(règles contraignantes, accouchement pénible, manque de lubrification, douleurs lors des rapports sexuels, problèmes liés au vieillissement).

Certaines femmes finissent par renoncer à l'acte sexuel et par là même à toute vie affective et amoureuse car leur corps, leur sexe, les « lâchent » selon leur expression, d'autres encore, avec ou sans le soutien de leur compagnon se décident à consulter et à envisager un nouvel avenir avec le soutien d'un ou de plusieurs spécialistes (thérapeutes, médecins, chirurgiens, etc.).