Même si la contraception est devenue banale et facile de nos jours, elle n'en demeure pas moins un aspect important dans la vie sexuelle et affective des hommes et des femmes.
 
Une contraception bien ciblée, bien vécue offre un ressenti efficace et sécurisant au rapport sexuel, le couple a la possibilité de se donner l'un à l'autre dans une relation sensuelle et érotique riche, puis d'accéder progressivement à ce fameux « lâcher-prise » pourvoyeur de plaisir et de jouissance.

A l'inverse, l'absence de contraception (volontaire, culturelle, médicale) ou une contraception mal adaptée vont générer à plus ou moins long terme des déficiences sur le désir, l'harmonie des deux partenaires, le sentiment amoureux.

Ainsi donc n'est-il pas nécessaire d'avoir atteint un « haut » niveau de vie pour être heureux en amour, mais d'opter pour un certain style de vie. Et le mode contraceptif y est inclus.
 
 
Risques de procréation et risques d'infections sexuellement transmissibles interfèrent dans l'esprit des débutants et notamment des jeunes.

 
Les pouvoirs publics prônent l'utilisation des préservatifs qui ont l'avantage de se trouver partout, sans intervention du médecin et sans préméditation préalable. Cependant leur utilisation n'est pas nécessairement évidente pour un jeune couple et l'on accuse le préservatif de dépoétiser l'acte amoureux et d'amoindrir les sensations génitales.
 
La contraception orale ou pilule, bien que nécessitant un rendez-vous chez le médecin ou le gynécologue, est efficace, pratique, invisible. Elle a cependant l'inconvénient de provoquer au fil des années une chute hormonale pouvant engendrer sournoisement des troubles du désir chez la femme.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Si le sexothérapeute ne prescrira pas les moyens de contraception précédemment évoqués, ni d'autres tels que les spermicides, le diaphragme, ou autres stérilets ou Nova Ring, il sera à l'écoute des femmes et des hommes sur les retentissements psychologiques, relationnels ou physiologiques du moyen contraceptif choisi ou imposé (gène ou picotement du pénis durant le rapport sexuel occasionné par certains stérilets, crainte d'une grossesse dans l'utilisation des spermicides, homme insécurisé par un moyen contraceptif jugé trop aléatoire, principes moraux et idéologies.)

Si l'on ajoute à cela une modification des « us et coutume » dans les relations sexuelles, à savoir l'aspiration vers une méthode contraceptive résolument moderne (pour des rapports imprévisibles, occasionnels, etc) l'on constate qu'un dialogue sincère et sérieux avec le praticien, assorti d'une information fiable et d'actualité de sa part, sont indispensables pour venir à bout de cette problématique de contraception qui ne devrait plus poser aucun problème si l'on recherche l'épanouissement amoureux et érotique des partenaires !