À QUI S'ADRESSE CE GESTE


Les cicatrices de la vulve et du périnée sont fréquentes. Elles peuvent être dues à la déchirure accidentelle lors d'une expulsion trop rapide, ou bien lors de l'incision réglée d'une épisiotomie afin d'éviter la déchirure postérieure vers l'anus qui risque d'entrainer une rupture puis par voie de conséquence, une incontinence sphinctérienne

BUT RECHERCHÉ


La réparation initiale, faite dans le contexte de l'urgence obstétricale n'a pas toujours pu être parfaite. Elle peut alors être l'objet d'une dystrophie, d'une sclérose, voire de douleurs pendant les rapports : (dyspareunie)

Le but est donc de refaire ces cicatrices, de la manière la plus soigneuse et la plus anatomique possible

DÉROULEMENT DE L'INTERVENTION


Pratiquée en position gynécologique, la durée de cette intervention varie en fonction du type de cicatrice en place et de l'importance des structures anatomiques détériorées.

TYPE D'ANESTHÉSIE

 
Péridurale ou locale assistée par une neuroleptanalgésie (sédation profonde).

SUITES OPÉRATOIRES NORMALES


Parfois un peu douloureuses dans ces zones sensibles, elles nécessitent des soins attentifs pour obtenir une cicatrisation en 10 jours environ et un retour à une activité sexuelle douce et progressive en un mois.

COMPLICATIONS POSSIBLES


Comme toujours, les risques d'hématome, d'infection ou de nécrose tissulaires sont possibles, comme un lâchage de suture qui en est la suite logique. Ceci souligne encore l'importance des soins et de l'hygiène locale.